Partager :  

Compter en grayis

Vue d’ensemble de la langue

Quarante-deux en grayis Le grayis est un langage a priori construit par le canadien BenJamin P. Johnson pour le jeu de plateau Pilots of Gallaxia d’Infinite Mind Pictures. Le grayis est la langue des Grayis Kin, une des six races extraterrestres de cet univers.

Liste de nombres en grayis

  • 19 – rī
  • 29 – ai
  • 39 – chil
  • 49 – chirri
  • 59 – kilai
  • 69 – aichī
  • 79 – chalayī
  • 89 – nauri
  • 109 – nā
  • 119 – narī
  • 129 – nanai
  • 139 – nachil
  • 149 – nachirri
  • 159 – nakilai
  • 169 – nalaichī
  • 179 – nachalayī
  • 189 – nanāli
  • 209 – ayinnā
  • 309 – chillīkka
  • 409 – chirrinnā
  • 509 – kilinnā
  • 609 – aichinnā
  • 709 – chalainā
  • 809 – naurinnā
  • 1009 – duhkā

La base nonale

La numération grayis suit un système de numération nonal, soit de base 9. Pour mieux comprendre la base nonale, commençons par une base qui nous est plus familière : la base décimale. En base 10, nous avons dix chiffres, de zéro à neuf. Lorsqu’on ajoute 1 (un) à 9 (neuf), on obtient 10 (dix), soit l’unité 1 (un) suivie de 0 (zéro). Ce système est dit de type positionnel (les chiffres représentent les unités, et leur rang la puissance de dix associée). Ainsi, 132 se décompose en 100 + 30 + 2 = 1*102 + 3 *101 + 2 *100. Ce système s’appelle une écriture décimale positionnelle.
La base 9 utilise les chiffres de 0 à 8. Sa première dizaine est neuf en décimal (910 = 109), la base étant notée en indice. La décomposition d’un nombre nonal (dans un système positionnel) est équivalente au système décimal, seule la base change : (132)9 = 1*92 + 3 *91 + 2 *90. Si on effectue le calcul, on retrouve bien le nombre décimal correspondant (ici 110).

Règles de numération en grayis

Maintenant que vous avez eu un aperçu des nombres les plus courants, passons aux règles d’écriture des dizaines, des nombres composés, et pourquoi pas des centaines, des milliers et au-delà (si possible).

  • Bien qu’ils suivent un système de numération nonal, les nombres en grayis ont également un système interne ternaire que nous pouvons voir à travers l’étymologie des chiffres. Les chiffres de un à huit sont : [1], ai [2], chil [3], chirri [4] (3+1), kilai [5] (3+2), aichī [6] (2*3), chalayī [7] (4*2-1) et nauri [8] (9-1).
  • Les dizaines se forment en préfixant une forme du chiffre multiplicateur au chiffre neuf (qui est la dizaine en base neuf), sauf pour le neuf lui-même : [109/910], ayinnā [209/1810], chillīkka [309/2710], chirrinnā [409/3610], kilinnā [509/4510], aichinnā [609/5410], chalainā [709/6310] et naurinnā [809/7210].
  • Les nombres de 119 à 189 se forment en commençant par le mot pour le dix nonal () sans diacritique, suivi directement par l’unité sans espace : narī [119/1010], nanai [129/1110], nachil [139/1210], nachirri [149/1310], nakilai [159/1410], nalaichī [169/1510], nachalayī [179/1610] et nanāli [189/1710].
  • Les nombres composés se forment en commençant par la dizaine, puis la conjonction ha (et), et l’unité (exp. : ayinnā ha chil [239/2110], chalainā ha kilai [759/6810])
  • La centaine nonale est duhkā [1009/8110].
  • Les numéros d’échelle plus élevés sont : kaigu [mille nonal, (109)3/72910 ou (8110)3], nakaigu [dix mille nonal, 10 0009/6 56110 ou (310)8], duhkakkaigu [cent mille nonal, 100 0009/59 04910 ou (310)10], īlim [million nonal, (109)6/531 44110 ou (8110)6], jumai [milliard nonal, (109)9/387 420 48910 ou (8110)9].

Source

Autres langues artistiques

Atlante, atrien, ayeri, azazilúŝ, barsoomien, créole de la Ceinture, dai, dovahzul, d’ni, engála, giak, grayis, hen linge, hylien, illitan, ithkuil, itláni, kēlen, kiitra, KiLiKi, láadan, na’vi, shiväisith, siinyamda, tpaalha, trigedasleng, tüchte, va ehenív, verdurien et wardwesân.

Autres langues supportées

Les autres langues actuellement supportées étant trop nombreuses pour être listées ici, veuillez vous reporter à la liste complète des langues supportées.

Ce site utilise des cookies à des fins statistiques et publicitaires. En utilisant ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.