Partager :    

Compter en solrésol

Entrez un nombre et lisez-le en toutes lettres en solrésol.

Vue d’ensemble

Quarante-deux en solrésol Inventé par le français Jean-François Sudre à partir de 1827 et publié après sa mort en 1866, le solrésol est une langue artificielle basée sur les sept notes de musique de do à si. Pouvant être représentée sous forme de mots, de sons, de couleurs, de chiffres, ou de notes sur une portée écrite ou figurée par quatre doigts, elle a vocation d’universalité. Tombée en désuétude après un bref succès au début du XXème siècle, elle n’est désormais plus vraiment pratiquée.

Liste de nombres en solrésol

  • 1 – redodo
  • 2 – remimi
  • 3 – refafa
  • 4 – resolsol
  • 5 – relala
  • 6 – resisi
  • 7 – mimido
  • 8 – mimire
  • 9 – mimifa
  • 10 – mimisol
  • 11 – mimila
  • 12 – mimisi
  • 13 – midodo
  • 14 – mirere
  • 15 – mifafa
  • 16 – misolsol
  • 17 – milala
  • 18 – misisi
  • 19 – fafado
  • 20 – fafare
  • 30 – fafami
  • 40 – fafasol
  • 50 – fafala
  • 60 – fafasi
  • 70 – fafasi mimisol
  • 80 – fadodo
  • 90 – fadodo mimisol
  • 100 – farere
  • 1 000 – famimi
  • un million – fasolsol
  • un milliard – falala
  • un billion – fasisi

Aperçu lexical

Le lexique du solrésol est construit a priori et groupe les mots en nombre de syllabes ou de notes. Les combinaisons de une et deux notes sont les particules et les pronoms (si oui, do non, re et), les combinaisons de trois notes sont les mots les plus utilisés (doredo temps, doremi jour), et les combinaisons de quatre notes sont distribuées en sept classes (ou clefs) d’après leur note initiale : la clef de do appartient à l’homme physique et moral ; celle de re, à la famille, au ménage et à la toilette ; celle de mi, aux actions de l’homme et à ses défauts ; celle de fa, à la campagne, aux voyages, à la guerre et à la marine ; celle de sol, aux arts et aux science ; celle de la, à l’industrie et au commerce ; celle de si, aux rapports politiques et sociaux. Les combinaisons de cinq notes fournissent la nomenclature des règnes animal, végétal et minéral. Les nombres font partie des combinaisons ternaires au même titre que les saisons, les mois et les températures.

Règles de numération en solrésol

  • La numération procède par période de six nombres, chaque nombre étant un nom à trois notes qui ne répète jamais trois fois la même (une règle implicite du solrésol).
  • De un à six, les mots commencent par re, la seconde note étant discriminante et répétée une fois, à l’exception de re : redodo [1], remimi [2], refafa [3], resolsol [4], relala [5] et resisi [6]. Zéro se dit soldo, ce qui signifie rien.
  • De sept à douze, les deux premières notes sont mimi, la troisième étant cyclique, mi n’étant pas représentée : mimido [7], mimire [8], mimifa [9], mimisol [10], mimila [11] et mimisi [12].
  • On passe ensuite à la série suivante, de treize à dix-huit, dont la première note est mi et la deuxième cyclique de do à si (en omettant mi) et répétée une fois : midodo [13], mirere [14], mifafa [15], misolsol [16], milala [17] et misisi [18].
  • La série suivante va de dix-neuf à soixante, ses deux premières notes sont fafa et la troisième cyclique de do à si (en omettant fa) : fafado [19], fafare [20], fafami [30], fafasol [40], fafala [50] et fafasi [60].
  • On passe ensuite à quatre-vingt, puis aux puissances de dix en commençant par fa suivi du cycle de do à si, répété une fois (en omettant fa) : fadodo [80], farere [100], famimi [1 000], fasolsol [million], falala [milliard] et fasisi [billion].
  • Par construction, le solrésol fait donc partie des systèmes à échelle courte puisqu’à chaque nom d’échelle multiple de mille correspond un nom (fasolsol [million], falala [milliard], fasisi [billion]).
  • La question des noms d’échelle plus grands pourrait se poser. Les séries logiques pour 1015, 1018 et 1021 pourraient être soit soldore (copier), soldomi (imiter) et soldofa (exemple), soit soldodo (dimanche), solrere (passé) et solmimi (présent). Le solrésol se basant sur un nombre très restreint de notes, les néologismes rentrent vite en conflit avec des mots déjà existants si on veut garder leur logique de construction (ici le fait qu’un nombre se compose de trois syllabes).

Livres

Langue musicale universelle
, aux éditions à compte d’auteur (1866)

Histoire de la langue universelleHistoire de la langue universelle
par , aux éditions Hachette (1903)

Langues auxiliaires

Bolak, Digisk Folkspraak, espéranto, Folkspraak, idiom neutral, ido, intal, interlingua, interlingue, kotava, latino sine flexione, lingua franca nova, mondial, ro, solrésol, sona, spokil, tutonish, uropi et volapük.

Autres langues supportées

Langues supportées par familles
Les autres langues actuellement supportées étant trop nombreuses pour être listées ici, veuillez sélectionner une langue dans la boîte de sélection suivante ou veuillez vous reporter à la liste complète des langues supportées.

Ce site utilise des cookies à des fins statistiques et publicitaires. En utilisant ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.