Partager :    

Articles > Panorama des langues Kanak de Nouvelle-Calédonie

par Alexis Ulrich  LinkedIn

Les langues kanak forment une branche du groupe des langues océaniennes, dans la famille des langues austronésiennes. Parlées en Nouvelle-Calédonie, elles sont au nombre de 28 et comptent aussi de nombreuses variantes dialectales, ainsi qu’un créole, le tayo. Nous verrons dans cet article la répartition géographique de ces langues au sein des aires coutumières qui les englobent, un panorama de chacune d’elles, mais aussi leur vitalité en évolution de leur nombre de locuteurs, ainsi que les similitudes de leurs systèmes de numération.

Carte de répartition des langues kanak

Les langues kanak se répartissent sur toutes les îles de l’archipel. Des îles Belep au nord, à Grande Terre au centre et l’île des Pins au sud, aux îles Loyauté (Ouvéa, Lifou et Maré), ainsi que sur toutes les îles et îlots habités.

Carte interactive des langues Kanak de Nouvelle-Calédonie Carte interactive des langues Kanak de Nouvelle-Calédonie Aire coutumière Nengone Aire coutumière Drehu Aire coutumière Iaai Iaai Fagauvea Fagauvea Aire coutumière Djubéa-Kaponé Aire coutumière Djubéa-Kaponé Drubéa Numèè / Kwênyii Numèè / Kwênyii Aire coutumière Xaracuu Xârâgùrè Xârâcùù Haméa / Tîrî Aire coutumière Ajië-Aro Arhö Arhâ Ajië Orowe Sîchë Neku Aire coutumière Paici-Camuki Cèmuhî Paicî Aire coutumière Hoot ma Waap Aire coutumière Hoot ma Waap Aire coutumière Hoot ma Waap Aire coutumière Hoot ma Waap Aire coutumière Hoot ma Waap Dialectes de Voh-Koné Pije Fwâi Pwaamèi Nemi Pwapwâ Jawe Yuanga-zuanga Caac Nyelâyu Nyelâyu Nyelâyu Nêlêmwa-nixumwak Nêlêmwa-nixumwak

Ajië-Arö : Ajië, Arhâ, Arhö, Neku, Orowe, Sîchë
Djubéa-Kaponé : Drubéa, Numèè / Kwênyii
Drehu : Drehu
Hoot ma Waap : Caac, dialectes de Voh-Koné, Fwâi, Jawe, Nemi, Nêlêmwa-nixumwak, Nyelâyu, Pije, Pwaamèi, Pwapwâ, Yuanga-zuanga
Iaai : Fagauvea, Iaai
Nengone : Nengone
Paici-Camuki : Cèmuhî, Paicî
Xaracuu : Haméa / Tîrî, Xârâcùù, Xârâgùrè

Aires coutumières

La Nouvelle-Calédonie est découpée en huit aires coutumières, subdivisions parallèles aux trois provinces et trente-trois communes créées après les Accords de Matignon de 1988 et renforcées par l’accord de Nouméa de 1998.
Chaque aire coutumière est représentée par un Conseil coutumier consultatif qui désigne les membres du Sénat coutumier (deux par aire). Ce sénat a un rôle consultatif sur les projets de délibérations intéressant l’identité kanak, qui comprend notamment les langues kanak reconnues comme langues d’enseignement et de culture.
À chaque aire coutumière correspond un ensemble de langues vernaculaires. Certaines langues comptent de nombreux locuteurs hors de leur aire, comme par exemple le drehu avec 5 000 locuteurs à Nouméa et 9 300 sur l’île de Lifou.
En 2014, 71 500 personnes de 14 ans et plus parlaient au moins une langue vernaculaire, sur une population de 268 767 habitants à l’époque, dont 204 000 dans cette tranche d’âge.

Aire coutumière Ajië-Arö

L’aire coutumière Ajië-Aro comprend six langues à syllabes ouvertes et à ordre Verbe-Objet-Sujet.

Ajië

L’ajië est la langue la plus importante de l’aire coutumière Ajië-Aro, en terme démographique, culturel et religieux.

Si en 1996, l’ajië comptait 4 044 locuteurs de 14 ans et plus, il en comptait déjà 5 019 en 2014, soit une augmentation de 24%. En 2015, l’ajië comptait par ailleurs 799 élèves du secondaire inscrits pour l’enseignement des langues vernaculaires.

Comptons jusqu’à trois en ajië : rhaaxâ [1], kaaru [2] et karhiri [3].

Arhâ

Alors qu’en 1996, l’arhâ ne comptait que 35 locuteurs de 14 ans et plus, il en comptait 135 en 2014, soit près de 4 fois plus (+285%).

Comptons jusqu’à dix en arhâ : akâ [1], kêuru [2], kêéxé [3], kévë [4], kanii [5], kanii mâ akâ [6], kanii mâ kêuru [7], kanii mâ kêéxé [8], kanii mâ kévë [9] et kanii mâ kanii [10].

Arhö

Alors qu’en 1996, l’arhö ne comptait que 62 locuteurs de 14 ans et plus, il en comptait 291 en 2014, soit près de 5 fois plus (+369%).

Comptons jusqu’à dix en arhö : rhaka [1], kaaru [2], karéxé [3], kavë [4], kanii [5], kanii mâ rhaka [6], kanii mâ kaaru [7], kanii mâ karéxé [8], kanii mâ kavë [9] et kanii mâ kanii [10].

Nèku

Si en 1996, le nèku comptait 221 locuteurs de 14 ans et plus, il n’en comptait plus que 86 en 2014, accusant un déclin de plus de 60%.

Orowe (ou ‘ôrôê)

Si en 1996, le orowe comptait 587 locuteurs de 14 ans et plus, son nombre s’est réduit à 429 en 2014, accusant un déclin de près de 27%.

Comptons jusqu’à dix en ‘ôrôê : rhakê [1], kêȓu [2], kêréȓé [3], kêvè [4], kêni [5], kêni mâ rhakê [6], kêni mâ kêȓu [7], kêni mâ kêréȓé [8], kêni mâ kêvè [9] et kêbëȓu [10].

Sîchë (ou Zîchë)

Alors qu’en 1996, le sîchë ne comptait qu’à peine 4 locuteurs de 14 ans et plus, il est passé à 20 en 2014, 5 fois plus, et surtout un espoir de survie pour cette langue.

Comptons jusqu’à cinq en sîchë : shâi [1], a’karu [2], a’shiri [3], a’fèvè [4] et a’nôrô mâ shâi [5].

Aire coutumière Djubéa-Kaponé

L’aire coutumière Djubéa-Kaponé est homogène puisqu’elle ne compte que deux langues, tonales toutes les deux.

Drubéa

En 1996, le drubéa comptait 946 locuteurs de 14 ans et plus, et 1 268 en 2014, soit une augmentation d’un tiers (+34%).

Comptons jusqu’à dix en drubéa : taa xë [1], peruu xë [2], petîî xë [3], pevuu xë [4], taaku xë [5], taakuxë-mi taa nôôtââ [6], taakuxë-mi peruu-nôôtââ [7], taakuxë-mi pêtîî-nôôtââ [8], taakuxë-mi pêvûû-nôôtââ [9] et pêruukuxë [10].

Numèè / Kwênyii

Le numèè se divise en deux dialectes : le numèè sur la Grande Terre, et le kwênyii sur l’île des Pins.

Comptons jusqu’à dix en numèè : taa [1], bo [2], bétîî [3], bevùù [4], taa kôà më [5], taa kôà mô taa [6], taa kôà mô bo [7], taa kôà mô bétîî [8], taa kôà mô bevùù [9] et bo kôà më [10].

Aire coutumière Drehu

En 1996, le drehu comptait 11 338 locuteurs de 14 ans et plus, et 15 949 en 2014, soit une augmentation de 29%. Par ailleurs, en 2015, le drehu comptait 1 337 élèves du secondaire inscrits pour l’enseignement des langues vernaculaires.

Aire coutumière Hoot ma Waap

C’est l’aire coutumière la plus diversifiée linguistiquement, puisqu’elle compte onze langues, certaines étant divisées en de nombreux dialectes. Ses langues sont par ailleurs très riches en consonnes, comme par exemple le nèmi qui en comptabilise plus de quarante.

Caac

Alors qu’en 1996, le caac comptait 800 locuteurs de 14 ans et plus, il en comptait 1 072 en 2014, soit 34% de plus.

Dialectes de Voh-Koné

En 1996, l’ensemble des dialectes de Voh-Koné comptabilisait 993 locuteurs de 14 ans et plus, il en comptait 1 081 en 2014, soit une augmentation de près de 9%.

Fwâi

En 1996, le fwâi comptait 1 131 locuteurs de 14 ans et plus, et 1 690 en 2014, soit une augmentation de moitié (+49%).

Jawe

En 1996, le jawe comptait 729 locuteurs de 14 ans et plus, et 892 en 2014, soit une augmentation de 22%.

Comptons jusqu’à dix en jawe : siic ou seec [1], seluk [2], seen [3], phoec [4], nim [5], ni-siic ou ni seec [6], ni-seluk [7], ni-seen [8], ni-phoec [9] et paidu [10].

Nèmi

En 1996, le nèmi comptait 768 locuteurs de 14 ans et plus, et 845 en 2014, soit une augmentation de 10%.

Nêlêmwa-nixumwak

Comptons jusqu’à dix en nêlêmwa : pwa-giik [1], pwa-du [2], pwa-gan [3], pwa-baak [4], pwa-nem [5], pwa-nem-giik [6], pwa-nem-du [7], pwa-nem-gan [8], pwa-nem-baak [9] et tujic [10].

Nyelâyu (ou Yalâyu)

Si en 1996, le nyelâyu comptait 1 522 locuteurs de 14 ans et plus, son nombre a augmenté de 31% pour atteindre 2 005 en 2014.

Pije

Le nombre de locuteurs du pije de 14 ans et plus est resté stable de 1996 à 2014, passant de 161 à 160.

Pwaamèi

En 1996, le pwaamèi comptait 219 locuteurs de 14 ans et plus, et 299 en 2014, soit une augmentation de 36%.

Pwapwâ

Alors qu’en 1996, le pwapwâ ne comptait que 16 locuteurs de 14 ans et plus, il est passé à 79 en 2014, soit près de 5 fois plus, et surtout un espoir de survie pour cette langue.

Yuanga-zuanga

En 1996, le Yuanga-zuanga (ou Yûâga) comptabilisait 1 992 locuteurs de 14 ans et plus, et 2 504 en 2014, soit une augmentation de 25%.

Aire coutumière Iaai

Fagauvea

Le fagauvea ou faga-uvea est une langue polynésienne dérivée du wallisien, autrefois utilisé comme langue franche par les kanak de Nouvelle-Calédonie. Il a ensuite intégré massivement du vocabulaire iaai et drehu et sa phonologie s’est profondément modifiée.

Si en 1996, le fagauvea comptait 1 107 locuteurs de 14 ans et plus, son nombre a augmenté de 86% pour atteindre 2 062 en 2014.

Iaai

Si en 1996, le iaai comptait 1 562 locuteurs de 14 ans et plus, son nombre a augmenté jusqu’à 3 821 en 2014, multipliant son nombre de locuteurs de près de 2,5 fois (+144%).

Aire coutumière Nengone

En 1996, le nengone comptait déjà 6 377 locuteurs de 14 ans et plus, et a atteint 8 940 locuteurs en 2014, soit une augmentation de 40%. Par ailleurs, en 2015, le nengone comptait 653 élèves du secondaire inscrits pour l’enseignement des langues vernaculaires.

Comptons jusqu’à dix en nengone : sa [1], rewe [2], tini [3], ece [4], sedong [5], sedong ne sa [6], sedong ne rew [7], sedong ne tin [8], sedong ne ec [9] et ruenin [10].

Aire coutumière Paicî-Camuki

Cette aire coutumière ne comporte que deux langues avec peu de variantes dialectales. Elles ont cependant la particularité d’être des langues tonales.

Cèmuhî

En 1996, le cèmuhî comptabilisait 2 051 locuteurs de 14 ans et plus, et 2 400 en 2014, soit une augmentation de 17%.

Comptons jusqu’à dix en cèmuhî : céiu [1], alo [2], cié [3], paa [4], nim [5], bwö mu céiu wön [6], bwö mu alo wön [7], bwö mu cié wön [8], bwö mu paa wön [9] et pajulu [10].

Paicî

En 1996, le paicî comptait 5 498 locuteurs de 14 ans et plus, et 6 866 en 2014, soit une augmentation de près de 25%. En outre, en 2015, le paicî comptait 576 élèves du secondaire inscrits pour l’enseignement des langues vernaculaires.

Comptons jusqu’à dix en paicî : caapwi [1], êrêilû [2], êrêcié [3], êrêpëpé [4], caa kârâ î-jè [5], caa kârâ î-jè görö caapwi [6], caa kârâ î-jè görö êrêilû [7], caa kârâ î-jè görö êrêcié [8], caa kârâ î-jè görö êrêpëpé [9] et du î-jè [10].

Aire coutumière Xârâcùù

L’aire coutumière Xârâcùù n’est pas homogène linguistiquement. Le nââ xârâcùù y est utilisé comme langue de communication entre ses différents districts coutumiers.

Haméa / Tîrî

Si en 1996, le tîrî comptait 558 locuteurs de 14 ans et plus, il n’en comptait plus que 472 en 2014, soit un déclin de 15%.

Xârâcùù

Alors qu’en 1996, le xârâcùù comptait 3 784 locuteurs de 14 ans et plus, il en comptait 5 287 en 2014, soit une augmentation de près de 40%.

Le xârâcùù utilise des classificateurs numéraux spécifiques à ce que l’on compte (ignames, poissons, objets longs, plants).

Xârâgùrè

Avec 566 locuteurs de 14 ans et plus en 1996, le xârâgùrè a vu son nombre de locuteurs passer à 751 en 2014, soit une augmentation de 32%.

Comme le xârâcùù, le xârâgurè, utilise des classificateurs numéraux.

Le cas du Tayo

Le tayo constitue un cas particulier. Créole à base lexicale française, principalement parlé dans la commune de Mont-Dore, près de Nouméa, il n’appartient de fait à aucune aire coutumière. Il est apparu aux alentours des années 1920 dans le village de Saint-Louis, alors siège d’une mission des Pères maristes et important centre agricole regroupant des travailleurs de Vanuatu, de Polynésie française, de la Réunion, d’Inde, de Malaysie, d’Indonésie et des forçats français.

Si en 1996, le tayo comptait 609 locuteurs de 14 ans et plus, son nombre a augmenté de près de 70% pour atteindre 1 033 en 2014.

Évolution du nombre de locuteurs

Évolution du nombre de locuteurs de plus de 14 ans entre 1996 et 2014 (en pourcentage)

Comme on peut le voir ici de façon synthétique, trois langues se distinguent par leur dynamisme : le zîchë, le pwapwâ et l’arhö qui ont vu leur nombre de locuteurs de plus de 14 ans multiplié par près de 4 entre 1996 et 2014. À l’autre extrémité du spectre, le tîrî, l’orowe et le nèku ont perdu un pourcentage non négligeable de locuteurs sur la même période.
Cependant, il ne faut pas oublier que le zîchë ne comptait en 2014 que 20 locuteurs de plus de 14 ans et le pwapwâ à peine 79. Le nèku souffre quant à lui d’un double effet négatif : peu de locuteurs (86 en 2014) et une perte de 61% d’entre-eux en 18 ans.
Certaines langues bénéficient d’un atout important puisqu’elles sont enseignées en collège et lycée : l’ajië, le drehu, le nengone, le paicî et le xârâcùù (du moins en 2013 et 2014 pour celui-ci). Toutes comptaient déjà plus de 5 000 locuteurs de plus de 14 ans en 2014.


Sources des données : Académie des langues kanak, ISEE
Ce site utilise des cookies à des fins statistiques et publicitaires. En utilisant ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.