Partager :    

Compter en tsez

Entrez un nombre et lisez-le en toutes lettres en tsez.

Vue d’ensemble

Le tsez (цезйас мец, cezyas mec ou цез мец, cez mec) est une langue caucasienne de la famille des langues nakho-daghestaniennes. Aussi connue sous le nom de dido, elle est parlée par environ 15 000 personnes dans le sud du Daguestan. Sans tradition littéraire propre, elle est peu écrite mais peut se transcrire en alphabet latin ou cyrillique.

Par manque de données, ce programme ne peut compter pour l’instant que jusqu’à 999 999 en tsez. Veuillez me contacter si vous pouvez m’aider à passer outre cette limitation.

Liste de nombres en tsez

  • 1 – sis
  • 2 – q’ˁano
  • 3 – łˁono
  • 4 – uyno
  • 5 – łeno
  • 6 – iłno
  • 7 – ʕoƛno
  • 8 – biƛno
  • 9 – oč’č’ino
  • 10 – oc’c’ino
  • 11 – oc’c’ino sis
  • 12 – oc’c’ino q’ˁano
  • 13 – oc’c’ino łˁono
  • 14 – oc’c’ino uyno
  • 15 – oc’c’ino łeno
  • 16 – oc’c’ino iłno
  • 17 – oc’c’ino ʕoƛno
  • 18 – oc’c’ino biƛno
  • 19 – oc’c’ino oč’č’ino
  • 20 – quno
  • 30 – quno oc’c’ino
  • 40 – q’ˁanoqu
  • 50 – q’ˁanoquno oc’c’ino
  • 60 – łˁonoqu
  • 70 – łˁonoquno oc’c’ino
  • 80 – uynoqu
  • 90 – uynoquno oc’c’ino
  • 100 – bišon
  • 1 000 – ʕazar

Règles de numération en tsez

  • Les chiffres de un à neuf sont rendus par des mots spécifiques : sis [1], q’ˁano [2], łˁono [3], uyno [4], łeno [5], iłno [6], ʕoƛno [7], biƛno [8] et oč’č’ino [9].
  • De onze à dix-neuf, les nombres peuvent s’écrire de deux façons différentes. La façon directe est d’utiliser le mot pour dix (oc’c’ino) suivi par le chiffre séparé par un espace: oc’c’ino sis [11], oc’c’ino q’ˁano [12], oc’c’ino łˁono [13], oc’c’ino uyno [14], oc’c’ino łeno [15], oc’c’ino iłno [16], oc’c’ino ʕoƛno [17], oc’c’ino biƛno [18] et oc’c’ino oč’č’ino [19]. Ils peuvent aussi se construire en ajoutant le suffixe -oc’i à la racine du chiffre de l’unité : siyoc’i [11], q’ˁayoc’i [12], łˁoyoc’i [13], uwoc’i [14], łewoc’i [15], iłoc’i [16], ʕoƛoc’i [17], biƛoc’i [18] et eč’oc’i [19].
  • Dix se dit donc oc’c’ino, et vingt quno. Au-delà de vingt, les dizaines sont formées sur la base de multiples de vingt : quno oc’c’ino [30] (20 + 10), qʼˁanoqu [40], qʼˁanoquno oc’c’ino [50] (40 + 10), łˁonoqu [60], qʼˁanoquno oc’c’ino [70] (60 + 10), uynoqu [80] et qʼˁanoquno oc’c’ino [90] (80 + 10). La langue tsez utilise donc une base numérique hybride à la fois vigésimale et décimale.
  • De vingt et un à quatre-vingt-dix-neuf, les nombres composés se construisent en écrivant la dizaine suffixée par -no (et) à moins qu’elle ne finisse déjà par cette syllabe, puis le chiffre de l’unité séparé par un espace (exp. : quno łˁono [23], q’ˁanoquno iłno [46]). Pour les nombres formés sur les dizaines intermédiaires, ils se décomposent en le multiple de vingt immédiatement inférieur, suivi du nombre de onze à dix-neuf écrit dans l’une ou l’autre de ses formes (exp. : łˁonoquno oc’c’ino q’ˁano ou łˁonoquno q’ˁayoc’i [72] (60 + 12)).
  • Cent se dit bišon. Lorsque composé, il se change en bišom auquel s’ajoute le suffixe -no (et) (exp. : bišon [100], bišomno quno [120]). Les centaines plus élevées se construisent en posant le multiplicateur devant le mot cent (exp. : q’ˁano bišon [200], łˁono bišon [300], łˁono bišomno quno oc’c’ino łˁono ou łˁono bišomno quno łˁoyoc’i [333]).
  • Les milliers suivent la même règle que les centaines (exp. : ʕazar [1 000], q’ˁano ʕazar [2 000], łˁono ʕazarno łˁono bišomno q’ˁanoquno łeno [3 345]).

Langues caucasiennes du nord

Adyguéen, bezhta, ingouche et tsez.

Autres langues supportées

Langues supportées par familles
Les autres langues actuellement supportées étant trop nombreuses pour être listées ici, veuillez sélectionner une langue dans la boîte de sélection suivante ou veuillez vous reporter à la liste complète des langues supportées.

Ce site utilise des cookies à des fins statistiques et publicitaires. En utilisant ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.