Partager :    

Compter en irathien

Entrez un nombre et lisez-le en toutes lettres en irathien.

Vue d’ensemble

La langue des Irathiens (l’irathi) a été inventée par David J. Peterson pour la série télévisée Defiance de la chaîne Syfy, diffusée à partir du mois d’avril 2013. Il a aussi développé le castithan, l’indojisnen et le kinuk’aaz pour cette même série, ainsi que le dothraki pour la série Game of Thrones. Parlée par les Irathiens, l’une des races Votanes, c’est une langue construite auour d’une classe nominale étendue. Son système numérique est vigésimal.

Par manque de données, ce programme ne peut compter pour l’instant que jusqu’à 19 en irathien. Veuillez me contacter si vous pouvez m’aider à passer outre cette limitation.

Liste de nombres en irathien

  • 120 – zema
  • 220 – ekta
  • 320 – kagne
  • 420 – retha
  • 520 – warte
  • 620 – patre
  • 720 – hothe
  • 820 – tashe
  • 920 – theganu
  • A20 – thetusu
  • B20 – dema
  • C20 – kome
  • D20 – sagye
  • E20 – magbe
  • F20 – dale
  • G20 – nesa
  • H20 – teimba
  • I20 – thenu
  • J20 – thenu ki zema
  • 1020 – suta
  • 2020 – kámasta
  • 3020 – dúnista
  • 4020 – súrista
  • 5020 – gyálista
  • 6020 – víngasta
  • 7020 – úgasta

Compter sur ses doigts

Les Irathiens utilisaient à l’origine un système de base 18, remplacé par un système de base 20 sous l’influence des Castithans. Ils comptaient sur leurs doigts en partant du pouce gauche (1), puis en comptant l’espace entre le pouce et l’index (2), puis l’index (3), et ainsi de suite jusqu’au petit doigt (9). Ils passaient ensuite au petit doigt de la main droite (10) et continuaient jusqu’au pouce droit (18). Trois chiffres ont conservé cette façon de compter dans leur étymologie. Le mot pour neuf, theganu, vient de la même racine que eganu (poing) : une main a été utilisée quand on atteint neuf. Le mot pour dix, thetusu, vient du verbe shetusu (sauter), puisque passer à dix signifie changer de main. Enfin, le mot pour dix-huit, thenu (fin, conclusion) indique que les deux mains ont été utilisées. Dix-neuf (thenu ki zema) a été ajouté plus tard : il signifie dix-huit et un, ki ayant été emprunté au castithan.

Le système vigésimal

La numération de l’irathien suit un système de numération vigésimal, soit de base 20. Pour mieux comprendre cette base, commençons par une base qui nous est plus familière : la base décimale. En base 10, nous avons dix chiffres, de zéro à neuf. Lorsqu’on ajoute 1 (un) à 9 (neuf), on obtient 10 (dix), soit l’unité 1 (un) suivie de 0 (zéro). Ce système est dit de type positionnel (les chiffres représentent les unités, et leur rang la puissance de dix associée). Ainsi, 132 se décompose en 100 + 30 + 2 = 1*102 + 3 *101 + 2 *100. Ce système s’appelle une écriture décimale positionnelle.
La base 20 utilise les chiffres de 0 à 19. Sa première dizaine est vingt en décimal (2010 = 1020), la base étant notée en indice. La décomposition d’un nombre de base 20 (dans un système positionnel) est équivalente au système décimal, seule la base change : (132)20 = 1*202 + 3 *201 + 2 *200. Si on effectue le calcul, on retrouve bien le nombre décimal correspondant (ici 461).

Chiffres et nombres en irathien

0
020
1
120
2
220
3
320
4
420
5
520
6
620
7
720
8
820
9
920
10
1020
11
1120
12
1220
13
1320
14
1420
15
1520
16
1620
17
1720
18
1820
19
1920

Règles de numération en irathien

  • Les chiffres de zéro à dix-neuf (ou neuf en base 20) sont : kanu [010] (un emprunt du castithan), zema [110], ekta [210], kagne [310], retha [410], warte [510], patre [610], hothe [710], tashe [810], theganu [910], thetusu [1010], dema [1110], kome [1210], sagye [1310], magbe [1410], dale [1510], nesa [1610], teimba [1710], thenu [1810] et thenu ki zema [1910] (18 et 1).
  • Les dizaines sont : suta [1020/2010], kámasta [2020/4010], dúnista [3020/6010], súrista [4020/7010], gyálista [5020/8010], víngasta [6020/10010], úgasta [7020/12010]… Puisque les dizaines de base 20 n’existaient pas en irathien, ces nombres ont été empruntés au castithan, dont la prononciation a évolué de façon séparée par la suite.
  • Les nombres composés se forment en reliant la dizaine et l’unité par le coordinateur ki (et, emprunt du castithan) (exp. : suta ki zema [2110], suta ki kagne [2310]).

Articles

Sources

Liens

Langues de Defiance

Castithan, indojisnen, irathien et kinuk’aaz.

Autres langues supportées

Langues supportées par familles
Les autres langues actuellement supportées étant trop nombreuses pour être listées ici, veuillez sélectionner une langue dans la boîte de sélection suivante ou veuillez vous reporter à la liste complète des langues supportées.

Ce site utilise des cookies à des fins statistiques et publicitaires. En utilisant ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.