Partager :    

Compter en gilbertin

Entrez un nombre et lisez-le en toutes lettres en gilbertin.

Vue d’ensemble

Le gilbertin (kiribati) appartient à la famille des langues austronésiennes, et plus spécifiquement au groupe des langues micronésiennes des langues océaniennes. La plupart des locuteurs du kiribati (97%) vivent dans la république des Kiribati, les autres étant dispersés entre l’île Rabi (Fidji), Nauru, les îles Salomon, Nui (Tuvalu) et Vanuatu. Le gilbertin compte environ 102 000 locuteurs.

Les classificateurs numériques du kiribati

Les classificateurs numériques sont des suffixes qui s’appliquent sur les racines numériques. Ils sont organisés en de nombreuses catégories, les plus utilisés étant les suivants :

  • -ua : classificateur générique utilisé pour les objets communs, lorsque le classificateur n’est pas connu et pour les périodes de temps. C’est le classificateur le plus souvent utilisé pour compter de manière générale.
  • -man : objets animés (personnes, animaux, oiseaux, insectes et la plupart des poissons, sauf les plus grands qui utilisent le classificateur -ai)
  • -kai : arbres, buissons, parcelles de terrain et hameçons
  • -ai : grands poissons, doigts, dents, bois coupé et autres objets de forme allongée (bâtons, crayons, bouteilles, règles, couteaux…)
  • -waa : modes de transport (bateaux, canoës, voitures, avions…)
  • -baa : feuilles d’arbre, feuilles de papier, objets plats

Règles de numération en gilbertin

  • Les chiffres de un à neuf se basent sur des racines spécifiques suivies du classificateur générique -ua, à l’exception de zéro: akea [0] (qui signifie rien), teuana [1] (racine : te-, suffixe -na), uoua [2] (la racine uo- apparaît seulement avec le classificateur générique -ua et le classificateur des animés -man. Dans tous les autres cas, il apparaît comme ua-), tenua [3] (racine : ten(i)-), aua [4] (racine : a-), nimaua [5] (racine : nima-), onoua [6] (racine : ono-), itua [7] (racine : it(i)-), wanua [8] (racine : wan(i)-) et ruaiwa [9] (racine : ruai-). Les formes de trois, sept et huit qui utilisent la lettre i (teniua [3], itiua [7] et waniua [8]) ne sont présentes qu’en kirabiti du sud.
  • Les dizaines se forment en suffixant la racine du multiplicateur par le classificateur des dizaines -bwi : tebwina [10] (de te-, suffixé par -na), uabwi [20] (et non uobwi), tenibwi [30], abwi [40], nimabwi [50], onobwi [60], itibwi [70], wanibwi [80] et ruabwi [90].
  • Les nombres composés se forment en reliant la dizaine à l’unité avec le mot ma (et/avec), le mot pour dix perdant son suffixe -na pour former les nombres de onze à dix-neuf : tebwi ma uoua [12], tenibwi ma teuana [31].
  • Les centaines se forment en suffixant la racine du multiplicateur avec le mot pour cent (bubua) : tebubua [100], uabubua [200], tenibubua [300], abubua [400], nimabubua [500], onobubua [600], itibubua [700], wanibubua [800] et ruabubua [900].
  • Dans les centaines composées avec des unités, le conjoncteur ma est remplacé par ao (et) : uabubua ao tenua [203], nimabubua ao teuana [501]. Il n’y a pas de conjoncteur entre les centaines et les dizaines (exp. : itibubua wanibwi ma uoua [782]).
  • Les milliers se construisent généralement en faisant précéder le mot pour mille (tengaa) par son multiplicateur. La plupart du temps cependant, la racine -ngaa est simplement précédée par la racine du multiplicateur : (teuana) tengaa/tengaa [1 000], uoua tengaa/uangaa [2 000], teniua tengaa/teningaa [3 000], aua tengaa/angaa [4 000]…
  • Dans les milliers composés avec des dizaines ou des unités, le conjoncteur ma est remplacé par ao (et) : uangaa ao tenua [2 003], angaa ao uabwi [4 020]. Il n’y a pas de conjoncteur entre les milliers et les centaines (exp. : angaa nimabubua [4 500]).
  • Les millions se forment habituellement en posant le multiplicateur avant l’expression pour un million te mirion (emprunt de l’anglais million), à l’exception de un millon : te mirion [1 million], tenibubua te mirion [300 millions].
  • Les milliards se forment comme les millions, en posant le multiplicateur avant l’expression pour un milliard te birian (emprunt de l’anglais billion, ou milliard), à l’exception de un milliard : te birian [1 milliard], tenibubua te birian [300 milliards].
  • Dans l’ancien système kiribati traditionnel, pour les nombres à partir de mille, les préfixes numériques étaient utilisés avec les formes pour mille, dix mille et les multiples de dix suivants jusqu’au milliard : te ngaa [1 000], te rebu [10 000], te kuri [100 000], te ea [1 million], te tano [10 millions] et te taki [100 millions].

Liste de nombres

1 – teuana
2 – uoua
3 – tenua
4 – aua
5 – nimaua
6 – onoua
7 – itua
8 – wanua
9 – ruaiwa
10 – tebwina
11 – tebwi ma teuana
12 – tebwi ma uoua
13 – tebwi ma tenua
14 – tebwi ma aua
15 – tebwi ma nimaua
16 – tebwi ma onoua
17 – tebwi ma itua
18 – tebwi ma wanua
19 – tebwi ma ruaiwa
20 – uabwi
30 – tenibwi
40 – abwi
50 – nimabwi
60 – onobwi
70 – itibwi
80 – wanibwi
90 – ruabwi
100 – tebubua
1 000 – tengaa
un million – te mirion
un milliard – te birian

Liens

  • Kiribati, par Stephen Trussel (en anglais)

Langues malayo-polynésiennes centrales

Éfaté du sud, gilbertin, nume et tocodede.

Autres langues supportées

Langues supportées par familles
Les autres langues actuellement supportées étant trop nombreuses pour être listées ici, veuillez sélectionner une langue dans la boîte de sélection suivante ou veuillez vous reporter à la liste complète des langues supportées.