Évolution du lexique dans Game of Thrones

par Alexis Ulrich

Combien de mots existe-t-il en dothraki, en haut valyrien ou en valyrien d’Astapori ? C’est l’une des questions qui reviennent le plus souvent au sujet des langues qu’a imaginées David J. Peterson pour la série Game of Thrones. Voyons l’évolution de la taille du lexique de ces langues saison après saison.

Saison 1

L’hiver vient, la devise de la maison Stark, est aussi le titre du premier épisode de la série. Dans cet épisode, Illyrio Mopatis présente Viserys Targaryen et sa sœur, Daenerys, à Khal Drogo dans la première phrase entendue en dothraki : Athchomar chomakaan, [zhey] khal vezhven. (« Respect à celui qui est respectueux, grand Khal. »)
Le lexique dothraki est déjà bien développé avec environ 1 800 mots[1] quand ce premier épisode est diffusé en avril 2011. Il va atteindre 3 100 mots[1] fin septembre de cette même année, s’étoffant en coulisses jusqu’en mai 2013.
Dans le neuvième épisode, Baelor, nous entendons les premiers mots de la langue Asshai’i sous la forme d’une incantation de Mirri Maz Duur, une guérisseuse Lhazaréenne esclave du khalasar dirigé par Drogo. Malheureusement, il s’agit seulement d’une esquisse de langue, pas développée dans la série.


Saison 2

Débutant par l’épisode intitulé Le Nord se souvient, la seconde saison utilise toujours beaucoup la langue dothraki, avec par exemple cette question de Rakharo à Daenerys :
– Fin kisha fonoki, zhey khaleesi? (« Que cherches-tu, Khaleesi ? »)
À quoi Daenerys répond :
– Vaes, che thiri che drivi. Ma verakasaris ma voji. Che ashefaes che tozaraes che Havazzhife Zhokwa. Ezo athchilar Athasaroon Virzetha hatif kishi, ma reki vekha yomme moon. (« Des cités, vivantes ou mortes. Des caravanes et des gens. Des rivières ou des lacs ou la Grande Mer Salée. Trouvez jusqu’où s’étend le Désert rouge, et ce qui se trouve de l’autre côté. »)

Saison 3

Le titre haut valyrien du premier épisode de cette troisième saison, Valar Dohaeris, ou « Tous les hommes doivent servir », renvoie en miroir au dernier épisode de la seconde saison, Valar Morghulis, « Tout Homme doit mourir », paroles de Jaqen H’ghar à Arya Stark.
Le quatrième épisode nous montre la maîtrise du haut valyrien par Daenerys quand elle donne des ordres : Dovaogēdys! Naejot memēbātās! Kelītīs! (« Immaculés ! En avant, marche ! Halte ! »)
Sa répartie la plus mémorable demeure : Zaldrīzes buzdari iksos daor. (« Un dragon n’est pas un esclave. »)
Le 2 janvier 2013, le lexique haut valyrien compte 585 mots[1], et va atteindre 700 mots[1] à la mi-mai.

Saison 4

Dans le premier épisode de cette quatrième saison, nous commençons à entendre le valyrien d’Astapori dans un dialogue entre Ver Gris et Daario Naharis :
– Do ska me vala karna, Daario Naharis. (« Vous n’êtes pas un homme malin, Daario Naharis. »)
– Yno mazidri emagho dori bazma si lanta kokosi. (« Je préfère n’avoir pas de cervelle mais toujours mes testicules. »)
Le haut valyrien est aussi beaucoup utilisé, comme dans le troisième épisode, La briseuse de chaînes, dans lequel Daenerys parle au peuple de Meereen : Ēlī Astaprot istan. Astaprot dohaertrossa sīr yno inkot iōrzi, dāeri. Hembar Yunkaihot istan. Yunkaihī dohaertrossa sīr yno inkot iōrzi, dāeri. Sesīr Mirinot mastan. (« J’ai d’abord été à Astapor. Ceux qui étaient esclaves à Astapor se tiennent maintenant derrière moi, libres. Puis j’ai été à Yunkaï. Ceux qui étaient esclaves à Yunkaï se tiennent maintenant derrière moi, libres. Maintenant, je suis arrivée à Meereen. »)
Le quatrième épisode, Féale, se sert aussi du valyrien de Meereen ou meereenien, le second dialecte du bas valyrien ghiscari en usage dans la ville de Meereen : Yel rit! Poghethash mathash wang yel sherwa! (« Vous l’avez entendue ! Elle dit qu’elle est venue nous libérer ! »)
À la fin de cette saison, le haut valyrien compte un millier de mots[1] et le dothraki 3 800 mots[1] peu de temps après.

Saison 5

Débutant par l’épisode Les guerres à venir, la cinquième saison voit le lexique du haut valyrien atteindre un plateau avec 1 100 mots[1], le valyrien d’Astapori avec un millier de mots[1] et le dothraki avec déjà 4 000 mots[1].
Dans le huitième épisode, Durlieu, nous avons un bref aperçu du Mag Nuk, la Grande Langue, parlée par les Géants au nord du Mur. C’est un pidgin de la Vieille Langue, simplifiée à l’extrême en mots monosyllabiques sans déclinaison, ni forme plurielle, ni même de temps verbal. Lokh doys bar thol kif rukh? (« Qu’est-ce que tu regardes, bordel ? »), demande le Géant Wun Wun dans un vocabulaire qui ne compte que 9 mots[1].

Saison 6

Nous ne savons pas encore grand-chose à propos de cette sixième saison, mais une chose est sûre d’après son premier épisode, La Dame en rouge : nous entendrons encore beaucoup de dothraki et de haut valyrien.
Et c’est déjà le cas, comme dans le quatrième épisode, Book of the Stranger : Nyk skan minty, do jovenne. Y lu honesk ji kelnisto eji lysk – me dreji lysk – inki zer jéragho (« Je suis un soldat, pas un politicien. Mais s’il existe une chance pour la paix, une paix juste, nous devrions l’accepter »), dit Ver Gris en valyrien d’Astapori.
Le valyrien de Meereen est aussi utilisé, entre Ash et Kesh, les deux pétitionnaires : Tha yenka onya mazmedha rual fendha yelwa khil. Sa ánghowa. (« Ils n’auraient même pas du avoir le droit de marcher dans nos rues. C’est une insulte. »).
Le haut valyrien est parlé par exemple par Melisandre dans le second épisode, Home, dans une forme liturgique : Zȳhys ōñoso jehikagon Āeksiot epi, se gīs hen sȳndrorro jemagon. (« Nous demandons au Seigneur de faire briller Sa lumière, et de mener une âme hors des ténèbres. »).
Et bien sûr, nous avons les mots dothraki prononcés par Daenerys « Dany » Targaryen dans le quatrième épisode, Book of the Stranger : Yeri mahrazhi zhikwi. Torga yeri, Dothraki yanqosoraan zhikwi. Vos at yeroa venoe idrilat mora vosecchi. (« Vous êtes de petits hommes. Sous vos ordres, les Dothraki seront un petit peuple. Aucun d’entre vous n’est apte à les diriger. »).
Il ne fait aucun doute que nous entendrons encore beaucoup de dialogues dans ces langues, même si pour l’instant le nombre de mots connus dans chacune d’entre-elles reste inconnu. D’ailleurs, si vous avez une source à partager, vous êtes les bienvenus.